05 Jan.

La maîtrise de soi

 

« Sachez vous éloigner, car quand vous reviendrez à votre travail, votre jugement sera plus sûr. »
Léonard de Vinci
L’homme à côté de moi est très en colère. Il gesticule, hurle au téléphone, parle de ses attributs masculins qu’on lui a cassés (aie !) et fini sa démonstration par un bras d’honneur. Puis raccrochant, il s’adresse à son collègue pour rationaliser son geste et se rassurer : « Y’a que ça pour les faire bouger » ! Il se remet ensuite à scier de gros bambous en avouant « scier, ça me défoule… ». Qui n’a pas connu une telle tempête neuronale ?
Les travaux du chercheur en neuropsychiatrie d’Antonio Damasio mettent en évidence les liens complexes entre le cerveau limbique (le petit speedy Gonzales) et cortical (gros pépère intelligent). Le néocortex surdéveloppé chez l’humain traite les informations, les trie, les indexe, les compare tandis que notre cerveau archaïque, le limbique, gère le corps, la reproduction, les émotions et l’urgence. Il n’est pas étonnant qu’il prenne la main sur notre cerveau raisonneur car il fonctionne dix fois plus vite, relié à une sorte d’autoroute de neurones à l’aire frontale, poste de commandement. Il est alors question de « route basse » pour évoquer ce circuit rapide et grossier, contrairement aux « voix hautes », élaborées et lentes.
L’amygdale, véritable radar et système d’alarme au centre du cerveau, sert de banque de données émotionnelles où sont emmagasinés nos succès, nos échecs, nos peurs et nos frustrations. Ces souvenirs permettent de filtrer et traiter les informations entrantes et d’évaluer les menaces et opportunités. Mais parfois, nous sommes submergés par un putsch de notre amygdale, par exemple lorsque nous nous mettons en colère. Les hormones de stress, dont le cortisol, sont alors libérées, accélérant le pouls, irriguant les zones essentielles à la survie pour combattre ou fuir
On a aussi démontré, en faisant l’expérience sur des rats, que le cortisol à haute dose détruit les neurones et a des effets sur l’hippocampe, l’une des zones utiles à la mémoire. Pas étonnant que sous l’effet du stress, on finisse par oublier des informations.
Notre cerveau tire des lois de nos expériences qui servent à prédire ce qui va arriver. Nos émotions sont des programmes qui se déclenchent pour nous protéger des dangers. Elles sont le reflet des couleurs de notre personnalité. En apprenant à les identifier, nous pouvons les modifier (désencodage et reprogrammation). en nous appuyant sur de nouvelles expériences . En reconnaissant nos vieux réflexes inutiles, nous changeons notre perception des autres et acceptons leurs limites sans nous sentir attaqués. Et vous, êtes-vous maître ou esclave de vos émotions ?questionnaire maitrise

entrainement maitrise

Découvrez dés à présent nos formations sur le site know-futures.comlogo know futures 200 200

Certifiez vous professionelement à la méthode 4Colors !

certification 4colors fond blanc


Ajouter un commentaire

  • 1000 caractères restants
Antispam